Life report

Change 2 regard : depuis Québec avec amour !

Illustration de l'article « Change 2 regard : depuis Québec avec amour ! ». © .

Trempolino et les partenaires du projet Erasmus + « Change 2 regard » porté par le Collectif T’Cap en France, l’APCC au Portugal, Nos Pilifs en Belgique et le RIPPH au Canada étaient du 18 au 22 novembre 2019 à Québec. Raphaèle notre responsable de l’action culturelle nous raconte ce voyage autour d’une formation sur le Modèle de développement humain – Processus de production du handicap.

— par Benjamin Reverdy

Ce modèle a été développé par le Réseau international sur le processus de production du handicap (RIPPH), un organisme de défense des droits, dont la mission est le développement et le transfert des connaissances sur la compréhension du handicap et les modes d’intervention dans ce domaine. Patrick Fougeyrollas, chercheur anthropologue au Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS), fondateur et président du RIPPH, et son acolyte Méric nous accueillent dans un centre communautaire surchauffé situé dans un quartier pavillonnaire à la Wisteria Lane, face à un potager enneigé.

Nous étudions en détail la classification internationale élaborée par le RIPPH, c’est-à-dire une nomenclature hyper dense qui répertorie les facteurs (personnels, environnementaux, etc.) de production sociale du handicap. Puis nous rencontrons la musicienne et chercheuse Jocelyne Kiss (best name ever!). Échanges passionnants autour de la plateforme numérique qu’elle a créée pour aider à la composition musicale. Ce dispositif en ligne est adaptatif et permet de générer de la musique et de la visualiser. On rêve d’essayer mais il est déjà l’heure d’aller déjeuner. Direction le centre-ville de Québec et lunch rapide au buffet asiatique « Wok’n’Roll » (best name ever 2!).

L’après-midi démarre avec la rencontre d’une partie de l’équipe de Capvish. Nous découvrons les actions menées par cet organisme pour la défense des droits des personnes en situation de handicap et l’ampleur du travail qu’il reste à accomplir. Julien, un exilé français, travaille sur une application dans le domaine de l’habitat. Simon, membre du CA du RIPPH, mène une campagne de sensibilisation auprès des commerçants non-accessibles de Québec. Échanges de pratiques entre français, belges, portugais et québécois. La journée se termine alors qu’il ne fait pas encore nuit.

Nous filons dans le vieux Québec à la recherche d’un cordonnier : nos semelles ne supportent plus le froid et je sens qu’il va falloir que je me sépare de mes mythiques Ellesse. Nous montons jusqu’au Château Frontenac et découvrons la vue sur le Saint-Laurent depuis le belvédère (ma passion). Quelques selfies sous la neige et on pousse la porte d’un pub pour goûter le Caribou (sorte de « vin chaud froid » comme dirait ma colloc’ Sonia de Stereolux). On regagne notre Dodge Grand Caravan et on file (sans GPS) vers le Calao, un restaurant asiatique très accessible (pour les fauteuils mais pas pour les porte monnaies!) choisi par l’équipe du RIPPH qui a apporté du vin… français ! La soirée se termine au 195, notre bar de quartier, autour d’une Rye P.A. La serveuse s’approche et dit : « Vous êtes de belles personnes en dedans ! ». On est bien et bien à Québec. Cœur avec les moufles <3

Raphaèle Pilorge, responsable d’action culturelle à Trempolino (à gauche) et Sonia Navarro, attachée à l’action culturelle à Stereolux.

Une question ?