Life report

Il a suivi notre cycle voix et nous dit pourquoi : Hugo (Von Pariahs, Happier)

Illustration de l'article « Il a suivi notre cycle voix et nous dit pourquoi : Hugo (Von Pariahs, Happier) ». © .

3 questions à Hugo Allard des groupes Von Pariahs et Happier. Il a suivi la saison dernière le Cycle Voix de Trempolino. Retour sur ce parcours.

On te connait initialement pour ton rôle de bassiste dans Von Pariahs, peux-tu nous raconter pourquoi tu as voulu faire ces formations du Cycle Voix à Trempolino ?
Depuis que je joue de la musique je n’ai jamais eu besoin de m’approcher du micro chant. J’ai toujours réussi à l’esquiver en me focalisant sur la basse ou sur la guitare et ça m’arrangeait bien. Cette situation confortable a changé en 2014, lorsqu’on a créé Happier avec Brice Michéa et Guillaume Cibard, un nouveau projet dans lequel je suis pour la première fois à l’origine des compositions. Après avoir mis en place plusieurs instrumentaux sur lesquels il n’y avait plus qu’à ajouter du chant, on a déduit ensemble, et avec une certaine surprise, que c’était finalement à moi de prendre la parole. Ce n’était pas vraiment prévu, mais par cohérence et par challenge j’ai accepté. Partant de zéro, j’ai d’abord braillé quelques mois en répétition pour vérifier que je n’avais pas de don caché, puis, j’ai décidé de m’inscrire aux formations chants proposées par Trempolino histoire d’avancer plus vite.

D’un point de vue pragmatique et personnel, que t’ont apporté ces formations ?
Avant ces formations, je n’étais sûr que d’une seule chose : la dose de sensibilité et de sincérité que je voulais mettre dans mon chant, c’est tout. Ça, c’est la finalité, mais j’ai vite compris lors des premières répétitions que pour y arriver, les moyens sont multiples et qu’ils se présentent comme autant de difficultés à gérer lorsqu’on débute. Les 5 formations chant de Trempolino sont justement réparties sur des axes de travail bien distincts : les bases de la technique vocale, chanter en anglais, lâcher prise sur scène et enfin découvrir sa personnalité vocale. J’ai décidé de toutes les suivre, car j’estimais avoir beaucoup à apprendre avec chacune d’entre elles, et ça s’est vérifié. Aujourd’hui, je puise toujours dans ce qui m’a été transmit : les bons réflexes, les idées fortes, les phrases chocs… Pour citer quelques exemples, je pense notamment aux techniques d’échauffement et aux différentes gestions du souffle à maîtriser en fonction des hauteurs de notes à atteindre. J’ai également été surpris par les astuces qui rendent le chant en public plus simple qu’il n’y parait. J’ai aussi retenu l’importance de la rigueur du travail personnel qui doit se faire en dehors des répétitions de groupe. Et puis j’ai découvert une méthode, certes un peu fastidieuse, mais quand même pratique, pour travailler efficacement son accent anglais. Pour tout ça, j’ai bien fait de prendre des notes, car même si certaines choses te paraissent évidentes au premier abord quand on te les explique, elles peuvent vite passer à la trappe une fois sortit de la salle. La richesse de cette expérience tient beaucoup de la rencontre avec ces trois intervenants [NDLR : François Valade, Guillaume Germond, Henry Delabarre) – bien différents par leurs personnalités, leurs parcours, et leurs pédagogies -, mais elle vient également du partage avec les autres stagiaires. Il est parfois plus facile de comprendre un conseil qu’on nous a donné lorsqu’on observe son voisin s’exercer. Tiens, je profite de cette occasion pour leur passer le bonjour à tous et pour les remercier de nouveau. J’ai suivi les cinq formations sur un laps de temps d’environ 3 mois, ce qui me laissait environ 15 jours de « digestion » entre chacune d’elles. Ce fut court et j’aurais aimé avoir plus de temps pour pratiquer seul, prendre plus de recul et assimiler au mieux les choses avant de devoir attaquer sur la formation suivante, mais bon, je dois reconnaître que c’est un inconvénient de privilégié, car je suis le seul à avoir cumulé toutes les formations chant cette année. Désormais, j’y ai prit goût à ce rôle de chanteur mais il me reste toujours un sérieux bout de chemin à parcourir, alors je continue de travailler ! Sinon pour info, j’ai eu la chance de pouvoir financer l’intégralité de ces formations en utilisant les droits à la formation AFDAS que j’ai cumulés grâce aux cotisations de mes cachets spectacle. C’est important de se renseigner là-dessus, car c’est clairement un bon coup de pouce.

Et sinon, quelle est l’actualité de tes projets ?
Avec Happier nous avons enregistré un premier EP 4 titres que je suis en train de mixer actuellement. Qui sait, peut-être qu’il sortira avant la fin 2015 ? En tout cas, j’ai hâte ! Et puis avec Von Pariahs, nous avons enregistré notre deuxième album, dont le mastering se termine en ce moment même. Qui sait, peut-être qu’il sortira début 2016 ? En tout cas, j’ai hâte ! Et puis quand on sort des disques, on tourne et comme c’est ce que je préfère… J’ai hâte !

VON PARIAHS SUR FACEBOOK

HAPPIER SUR FACEBOOK

LE SITE DE L’AFDAS

EN SAVOIR PLUS NOTRE CYCLE VOIX 2015-2016

Une question ?