Life report

Kaporal sur tous les fronts

Illustration de l'article « Kaporal sur tous les fronts ». © .

Préparation de la carte blanche au collectif ONNI, répétitions avec son groupe Doggerland et formation au métier de chargé de production et de diffusion, Fred Kaporal pourrait demander à ce qu’on lui installe un lit de camp tellement il passe de temps à Trempo. Rencontre avec un personnage haut en couleur, mais toujours vêtu de noir.

— par Sylvain Chantal

« Oups ! J’ai failli oublier de te le dire, et pourtant ça a été mon plus gros kif de boulot, j’ai travaillé huit ans dans un magasin de disques au Havre. L’Audito, ça s’appelait. Cette boutique était tellement grosse que mon patron avait fait venir Toto pour l’inauguration… » Toto, pas le sale garnement qui fait des blagues à la maîtresse, non, le groupe américain aux 40 millions d’albums vendus. L’interview est terminée et Fred Kaporal sort cette phrase au moment de se quitter. Durant une heure, on vient d’évoquer sa carrière professionnelle et la musique y tient assurément une place centrale. Pourtant, c’est dans la mode que le chanteur de Doggerland a travaillé l’essentiel de sa vie. Comme responsable de l’image et de la musique pour agnès B, merchandiser pour H&M ou responsable du concept de NewMan 69. Il y a deux ans, Fred Kaporal a eu envie de prendre un autre tournant et a quitté la boutique nantaise de The Kooples où il travaillait. « Après sept ans dans ce magasin, je ne savais pas trop ce que je voulais faire. Avec l’aide de ma sœur, j’ai réfléchi et ce qui est ressorti de nos discussions, c’est la musique. J’en fais depuis l’âge de 16 ans et j’ai organisé des concerts. » À Pôle Emploi, on lui propose de s’immerger trois semaines en entreprise et c’est naturellement qu’il sollicite son amie Lucie, programmatrice à Trempo. « À la fin de ce stage, plusieurs personnes de Trempo m’ont conseillé de suivre la formation de chargé de production et de diffusion dans les musiques actuelles. Le problème, c’est que la session 2018 venait de commencer et il m’a fallu patienter un an pour intégrer la suivante. Du coup, je me suis inscrit comme bénévole à la Route du Rock, Soy Festival et Paco Tyson pour me plonger encore plus dans le milieu musical. »

Retour sur les bancs de l’école

De janvier à avril 2019, le quadragénaire intègre donc une promotion de douze personnes et suit des sessions de formation de 9h30 à 17h tous les jours. « C’était très intense. Il y avait beaucoup de choses à digérer et j’avoue que c’est dur de se rasseoir sur les bancs de l’école à mon âge : paye, culture musicale, budgets, disque, comptabilité, contrats, labels, licences de spectacle… Trois mois, c’est court pour tout assimiler ! » Les enseignements sont dispensés par les salariés de Trempo, Stereolux, ainsi qu’une kyrielle d’intervenants extérieurs. Depuis cette année, cette formation est qualifiante et Fred Kaporal vient de passer un oral ce lundi 3 juin pour obtenir son diplôme (NDLR – qu’il vient tout juste de valider à l’heure où nous publions cet article). « J’ai également écrit un rapport sur le stage de deux mois que j’ai effectué à la Scène Michelet à l’issue de la formation. J’ai beaucoup appris car Olivier Piard, le gérant de la salle, m’a confié de vraies responsabilités. J’ai fait un peu de tout : de la communication, de la production, de la programmation… » Aujourd’hui, son objectif est d’intégrer une structure, même si on lui a déjà proposé quelques missions free-lance s’il décide de créer sa micro-entreprise. « Ma décision n’est pas encore prise… Des gens sont notamment intéressés par mon profil “mode et musique”. Avec mon diplôme, ça va déclencher beaucoup de choses. »

Objet Nantais Non Identifié

En attendant, Fred a de quoi s’occuper. Les concerts de Doggerland, le groupe dont il est chanteur, s’enchaînent. « Pour l’instant, nous n’avons pas vraiment cherché de dates et pourtant nous jouons beaucoup. Nous avons la chance que les gens viennent à nous. » Les enseignements suivis à Trempo l’aident-ils pour son groupe ? « Carrément ! Je suis par exemple en train de préparer un rider et, concernant les contrats, je suis plus rigoureux. » Doggerland, qui enregistre actuellement son premier album, répète régulièrement à Trempo. Un lieu que Fred retrouvera également le 7 juin pour la carte blanche donnée au collectif ONNI (« Objet Nantais Non Identifié ») dont il fait partie. À l’issue de cette soirée, il aura ensuite tout le loisir de dormir dans le lit de camp mis à disposition par Trempo. Même si, depuis janvier, Kaporal a tout de même bénéficié de quelques permissions pour rentrer chez lui…

 

Une question ?