Life report

e.LU : le musicien estonien Pastacas en résidence avec Cabadzi

Illustration de l'article « e.LU : le musicien estonien Pastacas en résidence avec Cabadzi ». © .

En cette mi-décembre 2014 se déroule l’événement « eLU : vivre l’Estonie à Nantes », en partenariat avec le lieu unique. Événement pour lequel nous avons proposé à l’artiste estonien Pastacas de travailler, en résidence, avec le groupe nantais Cabadzi. Cette création originale sera jouée sur la scène de Trempolino ce samedi 13 décembre à 20h (les dessins de Pastacas seront aussi exposés). Nous vous proposons ici une interview de Pastacas, un artiste humble qui aime l’électronica, Nantes et les stylos bille.

Peux-tu nous décrire ton univers musical ?
Je ne suis pas sûr de vouloir définir ma musique. Je la fais tout simplement, sans raison particulière, presque de façon innocente. Je l’ai toujours pensée ainsi, en la composant seul, comme de la musique électronique. Certains de mes derniers morceaux sont pensés pour le live, où je joue seul avec des pédales à effets. Quand on me demande quelle musique je fais, je réponds : « une sorte de folktronica », et quand ils veulent en savoir encore plus, je rajoute : « mes lives sont composés de boucles lo-fi-folk-nerdpunk-polka-eletronica ».

Et ton rapport à la peinture et au dessin ?
J’ai étudié la peinture en Estonie dans une école d’Art, mais maintenant je dessine surtout avec des stylos bille, les plus « cheap », les stylos bleus. Et en estonien, le mot pour dire « stylo » c’est « pastakas », donc j’ai pris ce nom quand j’ai commencé à faire de la musique, surtout pour « habiller » mes expositions de dessins.

Tu connais Nantes pour y être déjà venu, que penses-tu de cette ville ?
Je suis déjà venu à Nantes l’an dernier pour jouer mon solo-live au lieu unique. J’aime beaucoup cette ville, comme la France d’ailleurs. Comparée aux pays nordiques, les gens en France ont l’air beaux et heureux, et pas trop stressés. Ici il y a aussi beaucoup de châteaux, de fleuves et d’églises. Et aussi des endroits plus tristes comme le Mémorial de l’Esclavage, en tout cas je l’ai ressenti ainsi.

Comment imagines-tu ta résidence avec les musiciens de Cabadzi ?
J’aime beaucoup Cabadzi ! Ce sont de très bons musiciens et leurs morceaux dégagent quelque chose de vraiment intéressant. Malgré cela, j’appréhende toujours un peu de commencer une nouvelle collaboration. Mais, ça va bien se passer !

LogoEstonieLU

CRÉATION
PASTACAS & CABADZI
SAMEDI 13 NOVEMBRE 2014 (20H) > TREMPOLINO
EN PARTENARIAT AVEC LE LIEU UNIQUE DANS LE CADRE D’eLU
Infos >>

LA PAGE FACEBOOK DE PASTACAS

LA PAGE FACEBOOK DE CABADZI

LE PROGRAMME d’eLU

Une question ?