Life report

Ils répètent à Trempolino : Skin my senses

Illustration de l'article « Ils répètent à Trempolino : Skin my senses ». © .

Actif sur la scène rock/métal nantaise depuis plus de dix ans, Skin my Senses a repris à la rentrée le chemin des studios de répé de Trempolino. Questions à Greg, l’un des deux hommes à la guitare.

Vous avez annoncé récemment que vous alliez passer pas mal de temps cette année à la réalisation d’un second album. Où en êtes-vous ?
On avance doucement, mais sûrement ! On est au tout début du projet et, pour être honnête, notre processus d’écriture est assez long : on peut prendre notre temps sur un titre avant d’en être satisfait. On compose de façon collégiale, chacun apportant ses idées, sa patte, son point de vue… On teste les idées, on se remet en question, on discute des arrangements. Comme on se connait bien les uns les autres, tout ça se fait naturellement.

En quoi cet album sera musicalement différent du premier ?
Nous avons déjà écrit deux titres et un troisième est en cours, mais il est difficile de dire quelle direction ça va prendre car on ne se fixe pas de contraintes particulières dans l’écriture. Les ambiances entre les titres peuvent donc être très différentes. Ceci dit, on se rend compte que nous allons vers des compositions plus épurées, que les structures sont plus simples et que les morceaux sont plus courts que ceux qu’on a écrit pour le premier album. On vise l’efficacité, les mélodies qui restent en tête, le groove, le tout avec un gros son bien gras ! Une chose est sûre, on ne fera pas un copier-coller du premier, non pas parce qu’on en n’est pas satisfait et fier, mais parce qu’on souhaite faire découvrir une autre facette musicale du groupe.

La scène métal (arrête-moi si je me trompe) est particulièrement active dans la région nantaise. Comment expliques-tu ça ?
Effectivement, la scène métal à Nantes est très vivante et riche avec de forts potentiels et un niveau technique plutôt élevé. Il y a une bonne dynamique pour les groupes, des lieux pour se produire (du café-concert aux salles à plus grande capacité) et un public qui se déplace pour soutenir la scène locale. Peut être qu’avec la présence depuis plus de 10 ans du Hellfest à Clisson et l’image positive qui se dégage du public métal, les programmateurs ont nettement moins d’a priori vis à vis de ce style musical. De même pour le public, il s’est élargi et ne se limite plus aux inconditionnels du genre. À un concert, on croise aussi bien monsieur tout le monde que le metalleux pur et dur ! Je vais sans doute faire hurler les puristes en disant que le métal est devenu un genre reconnu à part entière, qui n’est plus limité à un public underground, même si en France c’est un style absent des grands médias nationaux. Quoiqu’il en soit, pour un groupe de métal à Nantes les conditions sont plutôt favorables à l’émergence de nouveaux talents… mais le plus compliqué est de se faire une place, même petite, parmi tous les groupes qui existent aujourd’hui !

Est-ce qu’il est nécessaire de fonctionner en réseau ?
On n’a pas la prétention, ni la légitimité, de parler au nom de toute la scène métal nantaise, mais oui, il existe des liens forts entre certains des musiciens des groupes nantais. Être en réseau, c’est indispensable de toute façon pour partager les bons plans, monter un plateau, participer à la vie de la scène nantaise, etc. En ce qui nous concerne et pour ce qui est des groupes à Trempo, à chaque fois qu’on en a contacté pour partager une scène, on a toujours eu des échanges positifs et on a passé de bons moments. C’est toujours un vrai plus mais je ne saurai dire si c’est lié au fait qu’on répète ensemble à La Fabrique. Malgré la concurrence entre les groupes, il y a du respect et de l’entraide, mais c’est pas le monde des Bisounours non plus pour autant !

Où peut-on vous voir bientôt sur scène ?
On a quelques pistes sur Nantes pour une date ou deux d’ici la fin de l’année… Rien n’est encore fixé pour l’instant, d’où notre discrétion, mais on n’a pas l’intention de rester enfermé dans le local de répé toute la saison !

Le premier album Human Being est disponible en version digitale sur Deezer, Spotify, iTunes, Amazon et GooglePlay.

SKIN MY SENSES SUR FACEBOOK

SKIN MY SENSES SUR TWITTER

SKIN MY SENSES SUR YOUTUBE

Une question ?