Les réservations pour les studios de répétitions hebdo 2022-2023 sont ouvertes → page studios Les réservations pour les studios de répétitions hebdo 2022-2023 sont ouvertes → page studios Les réservations pour les studios de répétitions hebdo 2022-2023 sont ouvertes → page studios Les réservations pour les studios de répétitions hebdo 2022-2023 sont ouvertes → page studios Les réservations pour les studios de répétitions hebdo 2022-2023 sont ouvertes → page studios Les réservations pour les studios de répétitions hebdo 2022-2023 sont ouvertes → page studios Les réservations pour les studios de répétitions hebdo 2022-2023 sont ouvertes → page studios Les réservations pour les studios de répétitions hebdo 2022-2023 sont ouvertes → page studios Les réservations pour les studios de répétitions hebdo 2022-2023 sont ouvertes → page studios Les réservations pour les studios de répétitions hebdo 2022-2023 sont ouvertes → page studios Les réservations pour les studios de répétitions hebdo 2022-2023 sont ouvertes → page studios
Actualités
Retour
Développement de carrière

Regarde les hommes tomber, pendant 20 secondes

Le 10 juin 2022 — par Sylvain Chantal

On ignore s’ils se sont concertés à l’heure de choisir leurs noms respectifs, mais il se trouve que deux des fleurons du metal à Nantes portent des patronymes analogues. Après Regarde Les Hommes Tomber, interviewés dans ces colonnes en novembre 2021, place aujourd’hui à 20 Seconds Falling Man, par l’entremise de Greg Dutein, l’un des deux guitaristes de ce groupe soutenu via le dispositif 360 de Trempo.

Il est toujours utile de disposer, dans son réseau, d’un ami expert en metal. Surtout quand on doit réaliser l’interview d’un groupe de post-metal-post-hardcore et qu’on ne maîtrise pas toutes les subtilités de ce style musical si fragmenté. SMS : « Hello Jerome, je dois rencontrer 20 Seconds Falling Man. Peux-tu m’expliquer quelle est la spécificité du post-metal ? » Réponse : « C’est du chant hurlé sur du metal bourrin ». Merci Jérome, c’est très éclairant. Comme on n’en est plus à une inscience près, on s’attend donc à ce que débarque au rendez-vous un grand chevelu tatoué de partout. Alors certes, tatoué, Greg Dutein l’est, et ce jusqu’au bout des doigts. Mais c’est casquette à l’envers et casual jean-baskets que déboule le presque quadra. On lui confie d’emblée que, surprenamment pour l’amateur de rock-tout-sauf-hard que l’on est, on a écouté et beaucoup apprécié le live du Ferrailleur qui circule sur YouTube. « Ça ne m’étonne pas. Nous venons d’influences musicales très différentes et Pierre-Denis, par exemple, est fan des groupes que tu aimes, comme Sonic Youth. »

Une reformation qu’ils ne pouvaient faire ailleurs

Ce concert enregistré dans la salle de concert sise au Hangar à Bananes revêt d’ailleurs une importance particulière pour le groupe. Créé en 2008, 20 Seconds Falling Man a remisé les guitares trois ans plus tard et est bien tombé, mais dans l’oubli cette fois. « En 2011, notre bassiste a arrêté, explique Greg. Nous avons essayé de poursuivre sans lui, mais finalement nous avons laissé mourir la chose. Et puis, en 2017, Le Ferrailleur nous a sollicités pour jouer à l’occasion de leur dixième anniversaire. Ce fut un excellent prétexte pour nous reformer. Nous avons dit OK, avec un nouveau line-up. En quinze ans, nous avons toujours été cinq, avec comme noyau dur Arnaud au chant, Pierre-Denis à la guitare et moi à l’autre guitare. À l’origine, 20 Seconds Falling Man était même uniquement mon projet solo. J’avais mis trois démos sur Myspace, sans donner mon nom. [Petite parenthèse wikipediesque pour les plus jeunes de nos lecteurs : Myspace était un site web de réseautage social fondé aux États-Unis en août 2003, qui mettait gratuitement à disposition de ses membres enregistrés un espace web personnalisé, permettant de présenter diverses informations personnelles et d’y faire un blogue.] Et oui, je vais bientôt sur mes quarante ans. Je suis de l’ancienne génération numérique… , rigole Greg. Pendant les six ans de notre séparation, chacun est parti sur des projets différents et, en fait, cela a eu du bon : cela nous a permis de progresser et de nous enrichir. Notre musique est meilleure qu’avant, davantage aboutie. »

Le Hellfest, un palier à la maison

Et les « Twenty » sont même repartis comme en quarante car les projets fourmillent aujourd’hui. Une tournée en juin, l’enregistrement du deuxième album (dont la sortie est prévue au premier trimestre 2023) et une prestigieuse date au Hellfest le 26 juin dans la Valley. « Nous étions déjà passés au Metal Corner en 2010, au niveau du camping. Mais là, c’est différent. Nous connaissons bien l’équipe plateau. Alain, notre batteur, y gère souvent le backline. Le stage manager est souvent en régie avec nous sur nos tournées. Ce sera un peu la maison… Du coup, ça enlève de la pression, mais cela en rajoute une différente, puisque nous allons jouer devant des gens que nous connaissons bien, raconte Greg, avant de tempérer : De toute façon, le Hellfest, c’est une échéance, mais pas une fin en soi. Nous le considérons comme un palier et une bonne vitrine. » Et puis, le groupe est désormais bien entouré. Depuis janvier 2022, 20 Seconds Falling Man est soutenu via le dispositif 360, un programme de Trempo dédié au développement de carrière des groupes des Pays de la Loire. « À l’exception de Maxime, âgé de 27 ans, nous avons tous la quarantaine. Nous travaillons tous à côté et sommes réalistes vis-à-vis de notre musique de niche, mais nous nous sommes dit que c’était maintenant ou jamais. Nous voulons nous donner les moyens pour développer le projet. Et Trempo est arrivé à point nommé… »

Un set à Trempo agrémenté de surprises

Début mai, le groupe a notamment bénéficié d’une résidence au VIP de Saint-Nazaire, accompagné par la metteuse en scène Annaïck Domergue. Avec Christophe Hogommat au son et Matthieu Cartron à la lumière, ils ont ainsi préparé le show du Hellfest. « Annaïck a soulevé les bonnes problématiques et nous a aidés à rendre notre set et notre interprétation plus homogènes. Nous évoluions un peu en mode autonome, chacun de notre côté. Avec elle, nous avons pris le temps de bien creuser les textes pour en assimiler le contenu et rendre une interprétation cohérente au niveau visuel. » Dans le cadre de 360, Arnaud et Maxime ont également suvi des cours de chant avec Line Tafomat, pour « renforcer la ligne mélodique, gagner en efficacité et s’ouvrir musicalement ». Le groupe a par ailleurs découvert les joies de l’écriture d’une bio, en français et en anglais, avec Guillaume David, le responsable de la communication à Trempo. « C’était un exercice compliqué car nous l’avons faite sous différents formats : très courte comme un pitch, de taille moyenne pour les réseaux sociaux et longue pour les professionnels. Au final, nous sommes ravis de ce qui est ressorti. » Autre apport de 360 : trois jours de préproduction avec l’ingénieur du son Cyrille Gachet. « Nous avons travaillé deux morceaux avec lui. Nous l’avons sollicité car il a enregistré des groupes de la même veine que la nôtre. Cela nous a permis de tester plein de choses, et cela en compagnie de notre ingé-son habituel, Christophe, qui était là en observation. Christophe fait partie intégrante de Twenty et c’était bien qu’il échange avec Cyrille pour voir ce que nous pouvions mettre en valeur. » Reconnaissant envers Trempo, 20 Seconds Falling Man prépare quelques surprises pour le concert qu’ils y donneront le 14 juin. « Nous jouerons en avant-première le set du Hellfest, mais agrémenté de choses en plus car nous voulons remercier l’équipe d’être vraiment derrière nous. »

20 Seconds Falling Man en concert :

Mardi 14 juin à 18h à Trempo (showcase)
20 Seconds Falling Man + Sick Sad World
Gratuit

Jeudi 23 juin au Hellfest
Plus d’infos


Entretien : Sylvain Chantal
Photo : Insane Motion

20 Seconds Falling Man est accompagné par Trempo et en partenariat avec le Hellfest, dans le cadre de 360, un programme de développement de carrière des groupes des Pays de la Loire. 360 est un programme financé par la Région des Pays de la Loire.

Plus d’infos.