Actualités

Le végétal et le Fair

Illustration de l'article « Le végétal et le Fair ». © .

LABOTANIQUE, attaché et en majuscules, fait partie de la nouvelle promotion du Fair. Ronan et Thomas, instigateurs de ce projet musicalo-végétal, n’ont plus qu’à suivre les traces de leurs prestigieux aînés…

— par Benjamin Reverdy

Le Nantes-Paris de 7h40. En Voiture 15, Ronan Moinet et Thomas Cochini préparent studieusement leur rendez-vous « Capitale ». Aujourd’hui, ils rencontrent les dirigeants du Fair, cette association créée en 1989 qui propose le premier dispositif de soutien au démarrage de carrière et de professionnalisation en musiques actuelles. Leur projet LABOTANIQUE est officiellement retenu dans la sélection 2020. Les deux musiciens prennent ainsi la suite, pour ne citer que les régionaux, de Pony Pony Run Run, Mansfield.TYA, Voyou, Hocus Pocus, Inuït, Cabadzi, voire Christine and The Queens si on considère que celle-ci a traîné ses ballerines dans la Cité des Ducs en début de carrière. « Depuis cette année, le Fair propose deux promotions de sept lauréats par an. On avait tenté la première session, sans succès, puis retenté la deuxième. Et là, nous avons été pris. On n’y croyait pas… Entre temps, nous avons participé au Voyage à Nantes avec notre spectacle Expressions Végétales, je pense que c’est ça qui a joué… », raconte Thomas au wagon-bar, autour d’un de ces Expresso dont le prix prohibitif oblige chaque fois à casser son P.E.L. 

Savoir-Fair

« Aujourd’hui, nous rencontrons l’équipe du Fair en entretien individuel, ajoute Ronan. Nous allons bénéficier de plein de choses avec ce dispositif, à commencer par un show-case le 2 mars au Café de la Danse à Paris. Ensuite, nous aurons une semaine de résidence à Château-Thierry. Nous disposerons également d’un soutien juridique, de rendez-vous avec des ostéopathes et d’un soutien financier, qui nous permettra de réaliser notre premier album. » Une dizaine de titres passera en effet bientôt sous la moulinette de Raphaël D’Hervez (Futur), le producteur déjà à l’œuvre sur un titre du précédent EP de LABOTANIQUE : 47e Parallèle. « Chaque chanson raconte l’histoire d’une plante et nous parle de la société, explique Thomas. Nous avons travaillé avec Philippe Ferrard, un expert botaniste du Jardin des Plantes. Après plusieurs rendez-vous avec lui, nous avons sélectionné dix plantes. »

Originaires de la banlieue parisienne, les deux ingénieurs agronomes ont investi Nantes il y a cinq ans, séduits par « le bouillon culturel de cette ville à taille humaine ». Rapidement, ils ont collaboré avec les institutions culturelles locales. Le Voyage à Nantes donc, et Trempo. Lauréat du dispositif EMI (European Music Incubator), Thomas Cochini a suivi la formation « Accélérateur d’entrepreneuriat culturel » en 2019. Dix jours de formation à l’industrie musicale et à son cadre légal, quatorze jours de formation à l’entrepreneuriat et au business, huit jours de formation autour des thématiques « Musique et tourisme/urbanisme, Design d’espaces sonores ». Et a priori, il a vite appris…

 

Une question ?